CBD et interactions médicamenteuses : quels sont les contre-indications ?

medicament-et-cbd

Lorsque vous prenez du CBD, quels médicaments devez-vous éviter ?

Le cannabidiol CBD est une substance non toxique et non psychoactive, dérivée du chanvre, qui n’est pas dangereuse, non toxique et non psychoactive (cannabis). Il existe des niveaux et des seuils pour lesquels des réactions spécifiques, des tolérances et des effets secondaires chez une personne sont définis, tout comme pour tout autre produit chimique.

Même si ces seuils en termes de quantité de CBD par individu ou de fourchette de poids ne sont pas encore clairement établis, et qu’il existe d’autres facteurs externes, nous pouvons associer un certain nombre d’effets indésirables possibles au CBD seul : diarrhée, somnolence, baisse de la tension artérielle, vertiges et lassitude. Les effets négatifs du CBD sont souvent négligés par ceux qui l’utilisent, soit parce que les avantages l’emportent sur les aspects négatifs, soit parce que le CBD remplace un médicament traditionnel aux effets secondaires beaucoup plus graves.

De plus, les personnes qui ont le plus besoin de cannabidiol sont souvent sous traitement médicamenteux directement lié à une pathologie. L’objectif de cet article est de vous aider à prendre les précautions nécessaires pour réduire les risques d’interaction médicamenteuse lorsque vous consommez du CBD.

Le cannabidiol et ses effets secondaires ?

En général, la possibilité d’une interaction grave avec le CBD est faible. Elle concerne principalement la métabolisation des médicaments par les enzymes du foie, à savoir les enzymes du système du cytochrome P450. C’est aussi une histoire de dosage ; qu’il s’agisse de CBD ou de votre ordonnance, le dosage est déterminant pour l’interaction. Selon la quantité, le même médicament pris avec du CBD peut avoir un effet ou l’autre.

Enfin, il est crucial de garder à l’esprit que les quantités « thérapeutiques » de CBD utilisées dans les études citées vont de 200 à 300 mg par jour, ce qui est nettement supérieur à la consommation normale de CBD d’une personne utilisant le CBD comme complément alimentaire (moyenne de 20 à 60 mg par jour).

Avec les cannabinoïdes, il y a 57 molécules à surveiller !

Le CBD et le THC peuvent interférer avec la fonction de 57 médicaments conventionnels, selon une étude récente publiée dans « Medical Cannabis and Cannabinoids » par le Penn State College of Medicine de Hershey (USA).

Voici, parmi ces 57 molécules, les interactions potentielles les plus néfastes avec le Cannabidiol :

  • Les anticoagulants à base de warfarine.
  • Les médicaments anti-arythmiques comme l’amiodarone.
  • Les hormones thyroïdiennes comme la Levothyroxine
  • Clonazépam/Clobazam et autres anticonvulsivants

Si vous suivez un traitement qui incorpore ces produits chimiques, nous vous conseillons de faire preuve d’une extrême prudence et même de demander un avis médical.

Le CBD et les enzymes hépatiques cytochrome  » P450

Le cannabidiol peut à la fois stimuler et inhiber plusieurs enzymes du cytochrome P450 dans le foie, et par conséquent, il a la capacité d’affecter un large éventail de familles de médicaments.

« Il est beaucoup plus critique d’en tenir compte lorsque les médicaments ont beaucoup d’effets secondaires par nature, ou lorsque la personne est affaiblie ou reçoit de nombreuses thérapies, ou lorsque les niveaux de CBD sont importants. » Université Tufts, Massachusetts, États-Unis, Pr.Adrian Devitt-Lee.

En d’autres termes, il existe deux risques liés à un problème de métabolisme du cytochrome P450 d’un médicament traditionnel dans le foie lors de la consommation de CBD :

Il est possible que votre médicament ne soit pas synthétisé et, par conséquent, qu’il ne soit pas diffusé efficacement. Vous courez le risque de ne pas obtenir l’effet thérapeutique spécifié.

Par ailleurs, le CBD peut améliorer et favoriser le métabolisme ou les effets de votre médicament. Si le taux de substance de votre médicament dans l’organisme est trop élevé, vous risquez de subir les effets négatifs d’une surdose.

Le CBD réagit de manière similaire au pamplemousse avec environ 60 % des médicaments traditionnels délivrés sur ordonnance, mais tous ne sont pas contre-indiqués avec le cannabidiol. Votre médecin peut vous conseiller de ne pas manger de pamplemousse pendant le traitement de certains types de médicaments ; si c’est le cas, le CBD est susceptible d’être traité avec la même prudence.

Un composant du pamplemousse, comme le CBD, est connu pour inhiber les enzymes du cytochrome P450. Selon cette étude, la meilleure méthode pour éviter cette interaction est d’espacer de plusieurs heures la consommation de médicaments et de CBD afin de permettre au foie (et aux enzymes du cytochrome P450) de mener à bien leur action sur les médicaments sans interférence du CBD.

A Lire aussi  CBD et libido : le CBD peut-il améliorer votre sexualité ?

Les antidépresseurs, les anxiolytiques et les somnifères face au CBD

Ces produits pharmaceutiques sont largement utilisés en France, notamment pour traiter l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil et d’autres maladies psychiatriques. Cependant, ils ne sont pas sans effets secondaires, qui peuvent être néfastes, et il est également essentiel de surveiller les dangers de dépendance associés à ces prescriptions.

Dans ces médicaments, on trouve principalement deux types de molécules :

Le Prozac, le Paxil, le Celexa, le Zoloft, le Seroplex et le Priligy sont des exemples d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS). Aucune étude ne s’est penchée sur les dangers de la combinaison du CBD avec des antidépresseurs, des anxiolytiques ou des somnifères. Cela ne veut pas dire que le CBD et cette classe de médicaments n’ont pas d’interactions pharmacologiques, mais plutôt que les témoignages d’expériences négatives sont rares. Une tendance à l’hypomanie (une forme légère d’obsession) est mentionnée comme un effet secondaire indésirable dans les quelques rapports anecdotiques.

Les benzodiazépines, comme le Xanax, le Valium, le Temesta et le Lexomil, sont des benzodiazépines. Aucune recherche ne s’est penchée sur les dangers de la combinaison du CBD et des benzodiazépines. En revanche, des données anecdotiques suggèrent que parmi les conséquences défavorables figurent une somnolence extrême, un sentiment de confusion générale ou des difficultés de concentration.

Pour éviter de perturber la dégradation et le métabolisme des différents types de médicaments, il est conseillé d’espacer la prise de CBD de 2 à 3 heures. Si vous prenez ces médicaments, il est préférable d’en parler à votre médecin au préalable.

Enfin, pour mettre les choses en perspective, la probabilité d’interactions dangereuses entre le CBD et les antidépresseurs, les anxiolytiques et les somnifères est faible et limitée lorsque des mesures sont prises.

Anticonvulsivants et CBD

Le clobazam, commercialisé sous la marque « Onfi », le clonazépam, commercialisé sous le nom de « Rivotril », et la lamotrigine, commercialisée sous le nom de « Lamictal », font partie des anticonvulsivants les plus connus et les plus répandus.

L’association de CBD à très haute dose (environ 300mg par jour) et de Clobazam/Clonazepam semble provoquer une interaction indésirable chez certaines personnes, entraînant une lassitude et une somnolence importantes. Une équipe d’experts d’Epidiolex nous informe dans cette étude que la combinaison de médicaments anti-épileptiques et de CBD est essentiellement sûre.

Dans une autre étude, les chercheurs ont découvert que lorsque le Clobazam/Clonazepam est associé à des doses élevées de Cannabidiol, la dose de Clobazam/Clonazepam (et ses effets secondaires associés) peut être réduite. Cela nécessite bien sûr un suivi médical.

Hormones thyroïdiennes et CBD

La famille des hormones thyroïdiennes, qui comprend la Levothyroxine ou L-Thyroxine, est utilisée pour traiter l’hypothyroïdie ainsi qu’une variété d’autres troubles thyroïdiens.

Nous entendons couramment des commentaires défavorables concernant l’utilisation du CBD en conjonction avec le médicament Levothyrox, ce qui est parfois réalisé en espaçant les prises sur plusieurs heures. Si vous prenez du Levothyrox quotidiennement, nous vous conseillons de procéder avec prudence avant d’essayer le cannabidiol, et d’opter pour des méthodes d’administration qui ne stressent pas votre foie (e-liquides, patchs au CBD).

Corticostéroïdes et CBD

Les corticostéroïdes sont de puissants médicaments anti-inflammatoires et immunosuppresseurs qui se comportent de manière similaire à la cortisone ou au cortisol, et sont couramment utilisés pour traiter les troubles auto-immuns et les inflammations chroniques.

La prednisone, la prednisolone et la béthaméthasone sont les noms de marque de ces médicaments. La cortisone génère des effets indésirables graves et une « corticodépendance » à long terme. La prise de corticostéroïdes avec du CBD pourrait exacerber ces effets négatifs.

Cette étude affirme que les corticoïdes et le CBD inhibent les mêmes enzymes (CYP3A) dans le système du cytochrome P450 dans le foie, ce qui entraîne une dégradation trop lente des corticostéroïdes et des risques accrus d’effets indésirables des corticostéroïdes.

Antihistaminiques et CBD

Les antihistaminiques sont des médicaments utilisés pour traiter les allergies ou les symptômes de la grippe. Parmi les nombreux composés présents dans les antihistaminiques, la doxylamine, qui est contenue dans le médicament « Humex », doit être surveillée de près lorsqu’elle est couplée au CBD.

En effet, lorsque la doxylamine et le CBD sont associés, des effets indésirables tels que la somnolence, la désorientation, des troubles cognitifs et moteurs, voire des troubles respiratoires, ont été décrits. Le CBD, une fois de plus, entrave l’action des enzymes du foie qui sont responsables de la dégradation de la doxylamine, ce qui entraîne des effets secondaires graves.

A Lire aussi  Peut-on utiliser le CBD comme alternative au Xanax ou au Tramadol ?

Cette interaction est bien documentée, car le « Humex » est déjà sur le radar des autorités en tant que médicament en vente libre dont les risques et les abus sont connus ; le Humex contient également de la pseudoéphédrine, un dérivé de la méta-amphétamine qui a été une source d’abus (aux États-Unis) chez les personnes dépendantes de psychotropes, qui utilisent ce produit comme un « shoot » en le coupant avec de l’alcool et d’autres substances.

Donc, si vous prenez des médicaments pour des allergies ou la maladie, vérifiez les ingrédients et espacez-les le plus possible de votre consommation de CBD.

Anticoagulants et CBD

Les anticoagulants, souvent appelés anticoagulants, sont des médicaments qui fluidifient le sang et minimisent le danger de caillots sanguins, réduisant ainsi le risque d’événements cardiovasculaires.

Comme il existe un risque d’hémorragie interne en cas de dilution excessive du sang et de lésions, ils doivent être administrés sous surveillance médicale. Parmi les anticoagulants les plus utilisés figure la « warfarine ou coumaphène », ou CBD, qui a été identifiée comme un « booster » de la warfarine dans une étude de 2007.

En effet, il est démontré dans cette étude que le CBD a tendance à augmenter les effets et la persistance de la warfarine. Lorsqu’une personne est sous anticoagulant à base de warfarine, il est théoriquement risqué de prendre du CBD puisque la quantité de dilution du sang n’est plus contrôlée ; ceci est particulièrement dangereux en cas de blessure et peut entraîner des saignements.

Ainsi, si vous êtes sous anticoagulants à base de warfarine et que vous envisagez d’ingérer du CBD, soyez prudent ; si vous avez des inquiétudes, nous vous recommandons d’en parler à votre médecin au préalable.

Le CBD et les analgésiques à base d’opiacés :

Les médicaments à base d’opiacés sont largement prescrits, notamment aux États-Unis, ce qui a conduit à la crise actuelle des opioïdes dans le pays, due en grande partie au Fentanyl, un dérivé synthétique 100 fois plus fort que la morphine.

En France, les analgésiques à base d’opioïdes comprennent les médicaments contenant de la codéine comme l’Efferalgan / Daffalgan codéine ou le coDoliprane ; les médicaments contenant du tramadol comme le Contramal, l’Ixprim, le Topalgic, le Zamudo ; et les morphiniques comme l’oxycodone, l’hydromorphone et les médicaments contenant du fentanyl comme l’Actiskenan, le Moscontin, la Sophidone, l’Oxycontin,

Bien qu’il n’existe pas d’interaction spécifique entre le CBD et les opiacés, il ressort de cette étude que lorsqu’ils sont pris ensemble, les effets du CBD et des médicaments à base d’opiacés ont tendance à se renforcer, voire à s’intensifier mutuellement.

Pour éviter une dépression du système nerveux central, ou un ralentissement significatif des fonctions motrices, il est conseillé de réduire le dosage des opiacés lors de la prise de CBD.

Il n’est pas rare que des patients diminuent progressivement leur consommation d’opiacés au profit du cannabis en raison de cette interaction. Cependant, il est essentiel d’être conscient des effets hypotenseurs que les opiacés et le CBD peuvent provoquer. La sédation, la somnolence et les difficultés cognitives sont autant d’effets secondaires négatifs potentiels d’une utilisation simultanée.

Attention : Il semble que le Tramadol et la Codéine, qui agissent tous deux sur la même enzyme (CYP2D6), soient moins efficaces lorsqu’ils sont associés au CBD puisque le métabolisme est altéré et que l’enzyme est inhibée par le CBD.

Par sécurité, nous vous recommandons d’espacer de plusieurs heures la prise d’antalgiques à base d’opiacés et de CBD, d’ajuster les doses d’antalgiques dans l’attente d’un impact additif entre les effets du CBD et des opiacés et, enfin, d’en parler à votre médecin si vous avez des doutes.

Bêta-bloquants et CBD

Les bêta-bloquants sont utilisés pour traiter l’hypertension artérielle ainsi que d’autres problèmes vasculaires et cardiaques. Ils sont censés aider la personne traitée à réduire sa tension artérielle.

Timacor, Kredex, Artex, Tenormine, Temerit et Celectol sont les noms de marque les plus courants. Le CBD a également un effet hypotenseur. Il est essentiel de vérifier auprès de votre médecin la compatibilité de vos traitements avec le CBD ; il peut être nécessaire d’adapter le dosage des bêta-bloquants.

Les risques cardiaques associés à la combinaison des bêta-bloquants et du CBD sont importants et potentiellement mortels. Si vous prenez un médicament à base de bêta-bloquants, nous vous conseillons vivement de consulter votre médecin ou votre cardiologue avant de consommer du CBD.

Narcoleptiques et CBD

Les narcoleptiques sont utilisés pour traiter une variété d’affections, et pas seulement la narcolepsie. Lorsqu’ils sont associés à de fortes doses de CBD, plusieurs narcoleptiques, comme le Xyrem, qui contient de l’oxybate de sodium, peuvent produire de graves interactions. Les narcoleptiques luttent contre la cataplexie (perte de tonus musculaire sans perte de conscience) et le système nerveux central.

A Lire aussi  Le CBD et la pilule contraceptive sont-ils compatibles ?

Le CBD affecte également le système nerveux central, et lorsqu’il est utilisé en conjonction avec des narcotiques, les effets indésirables peuvent être dangereux : pression sanguine basse, tachycardie, problèmes respiratoires, vertiges…

Si vous prenez le médicament Xyrem, nous vous conseillons vivement de consulter votre médecin avant de consommer du CBD (ou tout autre produit).

Médicaments anti-hyperglycémiques et CBD

Le CBD doit être évité par les diabétiques qui prennent des médicaments anti-hyperglycémiques à base de metformine, utilisés pour gérer le taux de sucre dans le sang. En effet, si vous consommez du CBD en même temps, vous devez vérifier fréquemment votre taux de sucre dans le sang car il a été démontré que les cannabinoïdes comme le CBD contrecarrent les effets de cette molécule.

Pour un diabétique, un taux de glycémie élevé peut entraîner de graves problèmes. Si vous prenez de la metformine et souhaitez essayer le CBD pour traiter le diabète, nous vous recommandons d’en parler d’abord à votre médecin et/ou de vérifier votre taux de glycémie plus fréquemment.

Enfin, parlons des contre-indications et des interactions médicamenteuses du CBD

Vous remarquerez que nous avons mis en évidence dans ce post les interactions médicamenteuses du CBD les plus importantes, dont vous devez être conscient. Cette liste ne doit pas être considérée comme une interdiction complète de l’utilisation du cannabidiol, mais plutôt comme un rappel à la prudence et au respect de certaines directives.

Pour rappel, comme les effets indésirables du médicament sont importants et que la dose de CBD est élevée, il est important d’être très prudent. Afin d’éviter les interactions potentielles, il est fortement recommandé et conseillé de séparer la consommation de CBD de la prise de médicaments de plusieurs heures (en moyenne 3 à 4 heures, mais la métabolisation complète varie selon le médicament) afin que le foie puisse digérer correctement les molécules consommées sans interférence du CBD. N’oubliez pas que les enzymes du cytochrome P450 sont impliquées dans le métabolisme d’environ 60 % des médicaments.

Même si les risques d’interactions médicamenteuses avec le CBD sont susceptibles de concerner beaucoup d’entre vous en raison du large spectre, peu d’entre vous ont une consommation de CBD aussi élevée que celle utilisée dans les études (environ 200-300mg par jour) ; d’autre part, pour les personnes qui suivent des traitements où la précision de la dose administrée est un facteur important de la réussite de la thérapie, le CBD empêche de contrôler l’efficacité du traitement car il modifie le comportement.

D’une manière générale, si vous avez des doutes concernant une contre-indication ou la compatibilité du CBD avec votre traitement actuel, parlez-en à votre médecin avant votre visite. Préparez votre rendez-vous en lisant notre article « Parler du CBD avec votre médecin ».

Questions fréquemment posées sur le CBD et les contre-indications médicamenteuses.

Quels sont les dangers et les effets négatifs de la combinaison du CBD et des médicaments ?

Selon la famille de médicaments, les dangers peuvent être très élevés : Le CBD sous forme orale ou sublinguale peut parfois affecter l’efficacité d’un médicament, ce qui peut conduire à des situations dangereuses (par exemple avec les anticoagulants) ou intensifier les effets négatifs du traitement (avec les antidépresseurs par exemple).

Comment minimiser les interactions entre les médicaments et le CBD ?

Pour être sûr et prudent, il est préférable d’espacer au maximum la prise de CBD sous forme orale ou sublinguale (en connaissant idéalement le temps de dégradation nécessaire de la molécule en question). Cela permet au foie de dégrader la molécule sans avoir à s’occuper du CBD. Vous pouvez également choisir de prendre le CBD d’une autre manière que par voie orale ou sublinguale. Enfin, si vous avez des doutes, consultez un médecin sur la compatibilité de votre traitement et du cannabidiol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.