Peut-on utiliser le CBD comme alternative au Xanax ou au Tramadol ?

culture-cbd

Les traitements à base de benzodiazépines et d’opioïdes sont difficiles à supporter pour l’organisme et ont des effets secondaires tant physiques que psychologiques. Examinons deux d’entre eux : le Xanax, un anxiolytique à base d’alprazolam, et le Tramadol, un analgésique à base d’opiacés. Ces deux médicaments, qui sont couramment prescrits pour diverses affections, ont des effets indésirables importants et peuvent entraîner à long terme une accoutumance et une dépendance. Par conséquent, un nombre croissant de personnes qui ont suivi ces traitements recherchent désormais une alternative plus naturelle et moins agressive. Le CBD est-il un substitut viable au Xanax et au Tramadol ? Nous allons voir pourquoi le cannabidiol (CBD) pourrait être une approche thérapeutique viable pour les remplacer partiellement ou complètement.

Quels sont les effets du Xanax et du Tramadol sur l’organisme ?

Qu’est-ce que le Xanax exactement ?

Le Xanax est une benzodiazépine qui crée une forte dépendance. Le Xanax, également connu sous le nom de Lexomil ou de Lorazepam, est un anxiolytique benzodiazépine largement utilisé qui contient de l’alprazolam. Il a été consommé par 13,4% de la population française au moins une fois en 2015. Il fonctionne comme un sédatif et un tranquillisant, atténuant l’anxiété à court terme, les crises de panique et le delirium tremens, mais il est également utilisé pour le sevrage alcoolique, la toxicomanie et le delirium tremens. Les comprimés de Xanax sont disponibles en doses de 0,25 mg, 0,5 mg, 1 mg et 2 mg.

Mais comment fonctionne la molécule ? Le GABA, un neurotransmetteur qui inhibe l’activité cérébrale, est insuffisant chez les personnes souffrant de stress chronique et d’anxiété. Bien qu’il ait des effets secondaires négatifs, le Xanax a pour but de compenser ce déficit en laissant l’activité cérébrale revenir à un schéma plus détendu.

Effets secondaires et risques

Le Xanax a un certain nombre d’effets secondaires négatifs, notamment

  • Somnolence et vertiges
  • Perte de mémoire
  • des troubles de l’élocution

Dans de rares cas, le Xanax peut provoquer des éruptions cutanées, des crampes et des douleurs à l’estomac et à l’abdomen. En plus de ses effets secondaires négatifs, le Xanax a un mécanisme de dépendance intégré. L’alprazolam s’acclimate au corps, et les doses doivent être augmentées progressivement pour conserver le même niveau d’efficacité. En raison du risque élevé de dépendance au Xanax, la durée maximale du traitement n’est que de quatre semaines. Pour éviter les symptômes de sevrage, l’arrêt du traitement se fait progressivement. Ils se caractérisent par des troubles du sommeil, ainsi que par l’apparition de douleurs et de tremblements. En toutes circonstances, il incombe au médecin de surveiller les effets indésirables et de diminuer et d’arrêter progressivement la médication pour éviter le risque de dépendance.

Le tramadol est un opiacé qui présente de nombreux effets secondaires négatifs

Que sont exactement les opiacés et le tramadol ?

Le tramadol est un analgésique fabriqué à partir d’opiacés, qui sont fabriqués à partir de l’opium. Il est utilisé pour traiter les douleurs intenses, mais il a été critiqué pour ses effets secondaires graves et les dangers de dépendance qui accompagnent son utilisation à long terme. Ce médicament est disponible en comprimés de 50 mg et 100 mg. Il s’agit d’un plan de secours si les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les analgésiques traditionnels comme le paracétamol ou l’ibuprofène ne fonctionnent pas. Le tramadol agit en bloquant les signaux de douleur envoyés par les nerfs près de l’endroit douloureux et dans tout le système nerveux.

A Lire aussi  CBD et libido : le CBD peut-il améliorer votre sexualité ?

Effets secondaires et risques

Les effets secondaires les plus courants du tramadol sont les nausées et les étourdissements. Le traitement peut provoquer des vomissements, une constipation, des maux de tête et des palpitations chez certaines personnes. Le tramadol peut provoquer des tremblements et des troubles du sommeil à un moindre niveau.

Le tramadol a le potentiel de provoquer une accoutumance et une dépendance. Le corps s’acclimate aux opiacés qu’il reçoit et les neurotransmetteurs naturels comme l’enképhaline ne sont plus sécrétés. Pour réduire ces dangers, un suivi médical est nécessaire, au cours duquel le médecin traitant doit préciser une date de fin de traitement.

Le CBD peut-il remplacer le Xanax et le Tranadol ?

L’impact du CBD sur l’anxiété et les malaises

Le CBD est une substance chimique d’origine naturelle provenant de la plante de chanvre. Non psychoactif, il est légal en France et en Europe, à condition que les produits finis à base de CBD contiennent moins de 0,20 % de THC. Pour vous rafraîchir la mémoire, le THC est la substance chimique du cannabis qui provoque la sensation de « high ». Le THC est classé comme un stupéfiant en France, et sa fabrication, sa possession et sa consommation sont toutes interdites. Enfin, l’usage du cannabidiol retient l’attention internationale car il est associé à des effets négatifs extrêmement rares tels que la diarrhée, la somnolence et l’hypotension, qui se produisent principalement en cas de surconsommation.

Les effets du CBD sur le système endocannabinoïde, ainsi que sur les récepteurs CB1 et CB2, ciblent directement les voies du stress et de l’anxiété. Prenons par exemple la neurogenèse, la capacité à générer de nouvelles cellules cérébrales. Un taux réduit de neurogenèse a été découvert chez les personnes stressées. L’utilisation du CBD, par le biais des récepteurs CB1, augmente la neurogenèse et le développement de nouveaux neurones, selon une étude de 2015. Enfin, le CBD a des propriétés incroyables pour soulager la douleur. Selon une autre étude, le cannabidiol inhibe la sensibilisation centrale dans le système nerveux et réduit la pertinence des messages de douleur, notamment dans le cas de la fibromyalgie, par des mécanismes comparables aux opioïdes.

Pourquoi choisir une option plus naturelle ?

Le CBD et le Xanax

La production de GABA est perturbée dans les cas de stress chronique, et l’organisme est incapable de gérer les niveaux de stress. Une étude préclinique sur des souris a révélé une relation entre le cannabidiol et la synthèse des neurotransmetteurs GABA. Un produit chimique qui inhibe la production de GABA a été administré aux rongeurs. Le CBD a été donné aux rongeurs hyperactifs et anxieux, et ils sont revenus à un état plus tranquille et détendu. Il est intéressant de noter que le Xanax et le CBD agissent tous deux en activant les mêmes processus liés au GABA dans les synapses.

A Lire aussi  CBD et interactions médicamenteuses : quels sont les contre-indications ?

Le cannabidiol affecte également le cerveau et les glandes hypophysaires, en provoquant la création de cortisol, l’hormone du stress, par les glandes surrénales, par la libération de substances chimiques spécifiques. Les récepteurs d’une personne souffrant d’anxiété chronique sont acclimatés à une forte dose de cortisol. Le CBD resensibilise l’hypothalamus, permettant une réduction de la production de cortisol et un retour à un état plus sain, selon une nouvelle étude clinique de 2019.

Enfin, selon une étude de 2018, le CBD favorise la sécrétion de sérotonine, aussi appelée hormone du bonheur, et son niveau résiduel dans les synapses en agissant sur les récepteurs 5-HT1A, liés à l’anxiété et aux addictions, ainsi que sur les récepteurs 5-HT2A, liés au stress, et les récepteurs 5-HT3A, liés aux sautes d’humeur. Le CBD, contrairement au Xanax, ne crée pas de dépendance et a peu d’effets négatifs.

Tramadol et CBD

Certains maux, comme les douleurs neuropathiques, sont difficiles à supporter et sont mal traités par la médecine traditionnelle en raison des effets indésirables et des risques de dépendance. Une recherche publiée dans le Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics révèle que le CBD peut aider à soulager la douleur aiguë, grâce à son effet sur les cellules « gliales » impliquées dans la modulation de la sensibilisation centrale. Cela serait lié au fait que le cannabidiol CBD cible directement les récepteurs CB1 et CB2. Le CBD réduit la force du message douloureux véhiculé en modifiant les processus douloureux et en contrôlant les récepteurs impliqués.

Le CBD a un effet direct sur les récepteurs TRPV1, qui sont responsables de la douleur, selon une autre étude. Lorsque le corps souffre constamment, les nerfs deviennent plus sensibles et envoient un message disproportionné au cerveau. Ces récepteurs, ciblés par le CBD, s’autorégulent, diminuant l’intensité des signaux de douleur envoyés.

Enfin, contrairement au Tramadol, les effets du CBD sont immédiats. Il suffit d’attendre 5 à 20 minutes pour ressentir les premiers bienfaits de l’huile de CBD lorsqu’elle est prise par voie sublinguale. Les effets de la vaporisation, en revanche, sont quasiment immédiats. Une technique pour apporter rapidement une solution au malaise qui se présente, d’autant que le CBD a peu d’effets indésirables et, contrairement aux anxiolytiques ou aux opioïdes, peu de risques d’addiction.

Aux États-Unis, il y a eu un problème d’opioïdes

La crise des opioïdes fait des ravages aux États-Unis, avec plus de 72 000 décès par overdose enregistrés en 2017. La disponibilité immédiate de médicaments à base d’opioïdes comme le Tramadol ou le Fentanyl peut expliquer l’augmentation étonnante des overdoses. Certains laboratoires ont récemment été critiqués pour avoir dissimulé ou réduit l’effet addictif de leurs médicaments, ce qui serait à l’origine de ce problème sanitaire sans précédent. En outre, de nombreux patients se tournent vers le cannabis, qui est légal dans de nombreux endroits aux États-Unis, ainsi que vers les produits à base de CBD, comme l’huile de CBD ou les e-liquides à base de CBD, dans le cadre de leur sevrage. (Pour en savoir plus sur le CBD et les dépendances, cliquez ici).

A Lire aussi  Conseils pour parler de CBD à votre médecin

Alors que les prescriptions d’opioïdes se multiplient en France, le CBD et le cannabis médical semblent arriver au bon moment, comme nouvelle voie thérapeutique, pour éviter un désastre sanitaire similaire à celui des États-Unis. Enfin, toute l’agitation médiatique, politique et juridique qui entoure le CBD en France semble stupide par rapport aux dangers pour la santé publique de l’omniprésence des prescriptions d’opiacés et aux rares effets secondaires et à l’absence de risque d’overdose de CBD.

Les autorités sanitaires françaises étudient des options supplémentaires pour réduire les risques liés à une éventuelle catastrophe de surprescription d’opiacés. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a fait un premier pas en avril, en réduisant la validité maximale des ordonnances de 12 à 3 mois.

En résumé,

Les benzodiazépines et les opioïdes, comme le Xanax et le Tramadol, sont associés à des effets indésirables importants et à une dépendance. De plus en plus de personnes recherchent une alternative naturelle aux benzodiazépines ou aux opiacés parce qu’elles souffrent de leurs effets négatifs ou ne peuvent plus les tolérer. Le CBD fonctionne de manière similaire au Xanax et au Tramadol en régulant la synthèse d’hormones comme le cortisol et de neurotransmetteurs comme la sérotonine et le GABA, ainsi que ses effets sur les cellules gliales et les récepteurs TRV1, qui sont directement associés aux sensations désagréables.

Le cannabidiol est une option naturelle qui devrait être étudiée, à condition d’en discuter d’abord avec un médecin et de prendre des précautions concernant les interactions médicamenteuses. La prise de CBD par voie orale ou sublinguale avec certains autres composés peut provoquer des effets secondaires graves ou nocifs.

Vous aimerez nos articles suivants :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.