Projection sur écran : la notion de gain

Le gain d’un écran de projection indique s’il a la capacité de réfléchir la lumière (gain positif, supérieur à 1) ou d’absorber la lumière (gain négatif, inférieur à 1). Un gain de 1 est considéré comme neutre. Plus le gain est élevé (valeur supérieure à 1), plus l’écran peut réfléchir efficacement la lumière projetée par le projecteur.

Avec des vidéoprojecteurs à faible luminosité, ainsi que pour des projections en journée et dans des environnements lumineux (présentations professionnelles, points de vente, salles de classe), il est conseillé d’utiliser un écran de projection à gain élevé. La projection d’une très grande image, par exemple, est conseillée pour les installations où la distance entre le projecteur et l’écran de projection est cruciale. En effet, l’image s’agrandit et perd de sa luminosité à mesure que la distance entre le vidéoprojecteur et l’écran de projection augmente. Cet effet peut être atténué par l’utilisation d’un écran de projection à gain élevé.

D’autre part, vous pouvez utiliser en toute sécurité un écran de projection avec un gain neutre (valeur de gain = 1) ou même un gain négatif lorsque vous utilisez un projecteur très lumineux. Si le projecteur est exceptionnellement lumineux ou situé à proximité de l’écran de projection, les écrans de projection dont le gain est supérieur à 1 peuvent produire un halo lumineux au centre de l’image.

Directionnalité

Le champ de vision dans lequel les spectateurs doivent se placer par rapport à l’écran de projection pour obtenir la meilleure perception de l’image est indiqué par la directivité de l’écran, qui est représentée en degrés. En dehors de cette plage, l’image devient terne et les couleurs perdent de leur éclat.

Options sur l’écran de projection

Qu’est-ce que l’enroulement inversé ?

La plupart des écrans de projection motorisés s’enroulent avec le côté destiné à afficher l’image vers l’avant et sont équipés de supports muraux à l’arrière du boîtier. Toutefois, vous pouvez choisir un écran de projection dont la toile est inversée si vous souhaitez le monter à l’arrière d’une poutre de plafond afin de dissimuler le carter et de ne laisser apparaître que la toile de l’écran lorsqu’il est déroulé. La face de l’écran de projection d’images est alors déroulée, le côté de fixation étant parallèle à l’arrière du caisson. Ces écrans doivent être commandés par l’intermédiaire du service clientèle, car ils sont fabriqués sur mesure.

A Lire aussi  Quel modèle de webcam choisir en 2023 : pour le travail ou les appels vidéo

Qu’est-ce que la chute supplémentaire ?

Pour les écrans manuels et motorisés, la chute supplémentaire est la bande noire située au-dessus de la zone de projection ; pour les écrans portables avec un carter fixé au sol, c’est la bande située en dessous. Elle permet d’abaisser la zone de projection sans exposer une surface réfléchissante, par exemple lorsque l’écran de projection est placé dans un plafond très haut. Cela permet d’élever l’image à hauteur des yeux sur les appareils mobiles dont la coque est fixée au sol.

Les bordures noires sont-elles utiles ?

En séparant l’image de son arrière-plan, la bordure noire de l’écran de projection augmente artificiellement la perception du contraste. En outre, il empêche les reflets lumineux parasites de se produire juste à côté de l’image.

Lorsque le format de l’image projetée ne correspond pas exactement au format de la surface de projection de l’écran, ces barres noires peuvent néanmoins avoir l’effet inverse. Des bandes noires apparaissent en dessous et au-dessus de l’image lorsqu’un film au format cinémascope 2.35:1 ou américain 1.85:1 est projeté par un projecteur matriciel 16:9 sur un écran de projection 16:9. Les bandes noires du projecteur ont une teinte grise plus profonde que le noir profond du bord de l’écran.

Comment remédier à ce problème ?

Plusieurs fabricants proposent un écran de projection fixe dont la surface peut être modulée en fonction du format du film projeté. Cet écran de projection s’adapte à toutes les utilisations, des images traditionnelles au format 4:3 ou 16:9 aux projections en Cinémascope 2,35:1, grâce à des panneaux latéraux déplaçables manuellement.

A Lire aussi  Comment choisir la meilleure tablette graphique ?

Si votre vidéoprojecteur dispose d’un zoom suffisant, notamment d’un objectif motorisé et de mémoires de zoom programmables, vous pouvez également acheter un écran de projection 2.35:1 fixe ou motorisé pour votre salon ou votre home cinéma. Dans ce cas, les paramètres de zoom et de mise au point du projecteur sont mémorisés de manière à ce que les films de ce format soient projetés en plein écran, les bandes noires du projecteur dépassant de l’écran. Pour les films au format 16:9 ou 1.85:1, qui laissent une bande gris foncé sur les bords gauche et droit, différents réglages de zoom sont mémorisés. Le rideau en tissu noir mat, placé de part et d’autre de l’écran de projection et facilement dépliable, peut alors être utilisé pour dissimuler ces bandes noires.

Attention !

Si le projecteur n’est pas en mesure de sauvegarder les différents réglages de zoom, vous devrez ajuster manuellement ces réglages à chaque changement de format d’image.

Essayez de créer une bande noire matte à « fixer » sur l’écran au-dessus et au-dessous de l’image 2.35:1 ou 1.85:1 si vous projetez sur un écran au format 16:9.

Quel est l’objectif du dos occultant ?

Un modèle avec dos occultant est conseillé lorsque l’écran de projection doit être placé au centre de la pièce ou devant une fenêtre. L’image est ainsi protégée de la lumière qui pénètre par le dos de l’écran.

Dans cette vidéo, un écran de projection pouvant recouvrir entièrement une fenêtre est placé devant celle-ci. Il est logique dans cette situation d’utiliser un écran de projection motorisé avec un dos occultant puisque l’écran ne laisse pas passer la lumière.

A Lire aussi  Top 3 des meilleures tablettes pour enfants en 2022

Le traitement de la pièce est un choix trop souvent ignoré

Le cadre idéal pour la projection vidéo est un espace spécialisé avec une surface mate qui ne reflète pas la lumière, semblable à celles que l’on trouve dans les salles de cinéma, et un sol, des murs et un plafond qui sont tous noirs ou de couleur très foncée. Un tel environnement, dépourvu de lumière parasite, permet d’obtenir un contraste idéal, en particulier un contraste intra-image. Vous obtenez des couleurs riches et éclatantes et des noirs profonds.

En revanche, même avec un projecteur haut de gamme offrant un bon contraste, la qualité de l’image projetée est gâchée dans un espace où la moindre quantité de lumière est multipliée par plusieurs surfaces lumineuses ou brillantes.

Bien que difficile à mettre en œuvre dans un salon, cet idéal d’un revêtement sombre du sol au plafond peut être atteint en employant quelques techniques astucieuses. Pensez à peindre le mur derrière l’écran d’une couleur plus foncée ou à suspendre des rideaux sombres du côté du public et, pourquoi pas, des deux côtés de l’écran. En choisissant soigneusement la finition des enceintes et du mobilier, on peut aussi réduire sensiblement la pollution lumineuse qui nuit au contraste. Évitez les surfaces brillantes ou réfléchissantes, comme les laques et les tablettes en verre, au profit d’une finition sombre et mate, par exemple. Sinon, il convient de choisir un écran de projection technique capable d’améliorer le contraste en réduisant les effets de la lumière ambiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *